Pour Benjamin Haddad (Ensemble !) si E. Macron n'a pas une majorité absolue à l’Assemblée, il y a « un vrai risque de paralysie »


Publié le 17.06.2022


INTERVIEW/VIDÉO - Candidat Ensemble ! en ballottage favorable dans la 14e circonscription de Paris, Benjamin Haddad pense qu’il faut avoir « une réflexion sur les modes de scrutin », notamment pour les élections législatives.

La majorité présidentielle est arrivée en tête lors du premier tour des élections législatives dimanche 12 juin. Pourtant elle n’est pas certaine d’avoir une majorité absolue à l’Assemblée nationale. Un résultat qui, pour Benjamin Haddad, fait « qu’on (Ensemble !) doit continuer à travailler ». Un scrutin encore une fois marqué par une abstention record de 52,49%, et c’est ça qui « a le plus interpellé au premier tour » Benjamin Haddad. Le candidat Ensemble ! dans la 14e circonscription de Paris explique que le plus important pour Emmanuel Macron est « d’avoir une majorité claire et solide » et que « c’est un défi de continuer à convaincre ». Quand Adrien Hardy lui demande ce qu’il pense de l’alliance de la gauche, la Nupes, Benjamin Haddad lui répond qu’il la trouve « menaçante pour le pays ».

« Je n’appellerai jamais à voter pour un candidat du RN »

L’ancien membre de l’UMP est conscient que c’est « une élection qui va se jouer à peu de sièges ». Il y a une vraie possibilité qu’Ensemble ! n’ait pas une majorité absolue à l’Assemblée nationale. Le Palais Bourbon pourrait être pour la première fois depuis vingt ans extrêmement divisé. « Un cas unique où on a un vrai risque de paralysie » analyse Benjamin Haddad. Autre fait marquant du premier tour, la montée du Rassemblement national qui pour la première fois pourrait avoir un groupe parlementaire. Le candidat Ensemble ! note qu’il y a « un phénomène spécifique à la France : le vote des jeunes à l’extrême droite ». Convaincre les jeunes est donc « un défi » pour lui. Dans soixante-trois circonscriptions, les Français auront le choix entre un candidat de la Nupes et un du Rassemblement national. La majorité présidentielle a mis du temps à donner comme consigne de ne pas voter pour le RN. Pour Benjamin Haddad, c’est pourtant une évidence, « je n’appellerai jamais à voter pour un candidat du RN ».

Benjamin Haddad veut « réformer la méthode de gouvernance »

En ballotage favorable dans la 14e circonscription de Paris face au candidat LR Francis Szpiner, Benjamin Haddad se dit « confiant mais surtout très mobilisé ». Alors que la France s’apprête à affronter un forte période de canicule, il est est conscient : « la question environnementale est une urgence absolue » et rappelle que « l’écologie, c’est la priorité du quinquennat ». Si l’ancien secrétaire national de l’UMP est en tête dans sa circonscription, son adversaire Francis Szpiner est dans un fief républicain. Par ailleurs, Ensemble ! n'a pas de réserve de voix. Pas de quoi l’inquiéter : « les réserves ce sont les voix de tous les habitants ». Benjamin Haddad veut être « le député de tous pour les représenter à l’Assemblée nationale ». Avec 46,05% d’abstention dans ce canton, là aussi les votants ne se sont pas déplacéz en nombre. Le candidat Ensemble ! pense que « c’est une question démocratique plus profonde qui se pose à nous (les politiques) ». Les Français n’ont plus confiance dans les candidats et Benjamin Haddad « veut prouver que le politique peut faire, peut agir ».

« Il faut qu’on ait une réflexion sur les modes de scrutin »

Le macroniste a une volonté, « réformer la méthode de gouvernance. Pour lui, « tout ne peut plus simplement venir d’en haut ». Il veut intéresser les électeurs à la politique, expliquant qu’elle « doit être l’affaire de tous ». Une ré-information qui passe peut-être par des scrutins différents, comme la proportionnelle lors des législatives, qui « permettrait d’avoir une représentation plus juste à l’Assemblée nationale ». Benjamin Haddad explique donc que les députés doivent avoir « une réflexion sur les modes de scrutin ». Il conclut, sa priorité « est de porter des projets de réforme ».

Regardez son interview en vidéo 

Photo : DR


Articles récents


Qui sommes-nous ?

En 2006 naît WFM sous l’impulsion de Robert VERDET et Olivier CALVO, devenue ensuite en 2012 Air Show, l’héritière de la station FM des années 80 Radio Show, avec la création de l'association Air Show Groupe. En 2020, Air Show Groupe change radicalement, à commencer par son nom, et devient MRG. Enrichie d’une nouvelle équipe, elle est désormais un média global 100% gratuit proposant un bouquet de radios, un site d’actualité, des podcasts et de la vidéo.



© MRG Médias. Tous droits réservés. Crée par Médias Radio Groupe. "MRG" est une marque déposée à l'INPI