Danièle Obono : « on a perdu cinq ans » sur le réchauffement climatique


Publié le 09.09.2021


INTERVIEW / VIDEO – L’objectif n°1 de la France Insoumise pour la présidentielle 2022 est la lutte contre la crise climatique, assure Danièle Obono, députée la France Insoumise. La question de l’identité ne devrait, elle, pas faire partie du programme.

« La France Insoumise n’a pas de position sur l’identité ». Invitée de Time Break vendredi 3 septembre, la députée insoumise Danièle Obono s’est montrée catégorique. « Il ne s’agit pas d’un sujet politique au sens partisan ». Le 28 août dernier, Jean-Luc Mélenchon assurait, lui, que la « créolisation n’est pas une politique » mais « un fait ». Pourtant, c’est précisément ce terme de « créolisation », théorisé par l’écrivain Edouard Glissant, qui a ramené la question de l’identité sur la table. Pour Danièle Obono, il s’agit d’un simple constat. Un « concept qui explique la dynamique des sociétés par la rencontre d’une diversité de parcours et d’histoire » et qu’emprunte le leader de la France Insoumise pour expliquer que la France actuelle est « une France multiculturelle, diverse ». Selon la porte-parole de la France Insoumise, il n’y a donc pas de quoi en faire un débat. Le problème viendrait plutôt de l’instrumentalisation faites par « certains courants pour diviser la société, pour stigmatiser certaines composantes de notre pays ». La droite et l’extrême droite étant clairement visées, puis citées lorsque Danièle Obono oppose « la tradition extrême droite, de droite conservatrice, de droite réactionnaire » à une « tradition plutôt progressiste, internationaliste » de la France Insoumise.

« Nous ne respectons aucun de nos engagements sur l’accord de Paris »

Mais alors quelle place pour le sujet de l’identité dans la présidentielle 2022 ? Pas de réponse de la part de la porte-parole de la France Insoumise. Danièle Obono préfère rediriger le débat sur une autre question : « Comment faire face au défi civilisationnel que l’humanité a à affronter, celui de la crise climatique ? ». Une question essentielle qui n’est pas assez posée, selon elle, à cause « des courants qui instrumentalisent la réalité multiculturelle, identitaire de la France ».

Vendredi 3 septembre s’ouvrait également le Congrès mondial de la nature, à Marseille. Un rassemblement où les ONG et activistes, « qui interpellent les gouvernements et les chefs d’Etat, expliquent à quel point nous sommes très en dessous de ce qu’il faudrait pour faire face au changement climatique ». Selon Danièle Obono, la France « a perdu cinq ans » et « est loin d’être exemplaire ». La députée va même plus loin : « nous ne respectons aucun de nos engagements sur l’accord de Paris » sur le climat.

« Il faut s’y mettre dès 2022 »

Pour lutter contre le dérèglement climatique, Jean-Luc Mélenchon souhaite faire sortir la France du nucléaire. Une énergie « du passé » « beaucoup plus couteuse aujourd’hui, à la fois écologiquement mais aussi économiquement », selon Danièle Obono. Mais comment assurer une transition écologique rapide, sans le nucléaire et sans renouer avec les centrales à charbons ? « En développant des énergies alternatives » assure la députée. Moment de flottement avant qu’elle ne puisse en citer : « la géothermie sous-marine, le solaire, une forme d’éolien qui soit aussi écologique que possible ». « Les sources d’énergies renouvelables sont multiples et notamment en investissant dans la recherche, je pense qu’on peut les développer beaucoup plus et beaucoup plus rapidement aujourd’hui » finit-elle par affirmer.

Autre solution prônée par la France Insoumise : la sobriété pour réduire notre empreinte énergétique. Une solution qui fait partie du scénario négawatt, qui a pour objectif que la France utilise 100% d’énergies renouvelables en 2050 tout en atteignant une neutralité carbone. Un scénario réalisable pour Danièle Obono, mais qui va « demander énormément d’investissement humains, technologique et une volonté politique de mettre tout ça en œuvre ». « Il faut s’y mettre dès 2022 » affirme donc la députée.

REGARDEZ L'INTERVIEW EN VIDEO

Photo : Lucas Pierre / MRG


Articles récents

Qui sommes-nous ?

En 2006 naît WFM sous l’impulsion de Robert VERDET et Olivier CALVO, devenue ensuite en 2012 Air Show, l’héritière de la station FM des années 80 Radio Show, avec la création de l'association Air Show Groupe. En 2020, Air Show Groupe change radicalement, à commencer par son nom, et devient MRG. Enrichie d’une nouvelle équipe, elle est désormais un média global 100% gratuit proposant un bouquet de radios, un site d’actualité, des podcasts et de la vidéo.

MRG Médias est membre de



© MRG Médias. Tous droits réservés. Crée par Médias Radio Groupe. "MRG" est une marque déposée à l'INPI